blanche-les-caprices-diris

Ça y est, vous avez pouponné pendant ces 2 ou 6 derniers mois, et, quelle que soit la raison, vous devez absolument trouver un moyen de garde pour votre bébé. Mais comment s’y retrouver entre les différentes structures ? Êtes-vous plutôt tenté de placer votre enfant en collectivité en crèche, et dans ce cas là, publique, privée ? Ou allez vous opter pour une nounou à domicile ou encore une assistante maternelle chez elle ? Sans oublier la garde partagée… Bref, de nombreuses solutions s’offrent à vous, mais le plus difficile, qu’on se le dise, c’est de trouver LA perle rare, et disponible quand vous en avez besoin.

À la recherche d’un moyen de garde

Notre problématique :

Commençons par le vif du sujet. Je suis freelance. Je travaille donc à mon domicile. Comme je l’expliquais dans cet article, ça n’est pas toujours évident pour certaines personnes d’imprimer le fait que lorsque tu est auto entrepreneur, OUI TU TRAVAILLES, que tu sois chez toi et pas dans un bureau, TU TRAVAILLES. Bref, ça c’est un autre problème. Tout ça pour dire que dès le départ avec Jules, nous nous sommes dit que j’allais réduire ma charge de travail pour passer sur un mi-temps. Afin que je puisse, le reste du temps, me consacrer à 100% à notre baby girl. Nous sommes par conséquent partis sur la recherche d’un moyen de garde de 2 ou 3 jours par semaine.

Aujourd’hui, en novembre, alors que notre fille est âgée de 8 mois tout rond (oui, c’est son moiniversaire ^^) nous venons tout juste de trouver notre moyen de garde, après un parcours du combattant. Je vais vous raconter dans cet article le long « combat » pour arriver à trouver un moyen de garde, au fil du temps et par ordre chronologique.

Notre demande pour une place en crèche

Dès novembre 2018, soit à 5 mois de grossesse, j’ai pu faire ma demande de place en crèche auprès du service dédié de la mairie. J’ai tout fait dans les règles de l’art, toujours à temps, et avec le sourire, ça aide. La commission devait avoir lieu en avril, soit un mois après la naissance de notre fille et juste avant notre déménagement. Selon notre dossier, nous étions quasi sûrs d’obtenir une place. Nous avons cependant vite déchanté lorsque nous avons reçu le courrier, en mai 2019, nous annonçant que « non, désolés, pas de place pour vous, ciao ». C’était à peu près ça.

Plan B, les crèches privées

Vite, nous nous sommes donc tournés vers les crèches dîtes privées, et micro crèches. Il s’agit de crèches dont les places sont réservées par votre employeur (si ce dernier cotise bien sûr). En tant que salarié, vous êtes ainsi assuré d’avoir une place dès le lendemain pour votre enfant. Malheureusement, non, non, pas de places non plus car l’entreprise de Jules ne cotise pas. Et n’est pas intéressée pour le faire. Et bim, encore des refus.

Je prends ça comme un signe du destin. Pour le moment et à l’époque, tout se passe bien, notre fille a 4 mois, ça va, je gère, j’arrive à travailler durant ses siestes, et lorsqu’elle est dans son transat ou son tapis… Car il est vrai qu’elle dort énormément, nous n’avons pas de soucis la dessus. Mais les mois passent, et notre fille nécessite de plus en plus d’attention. Aujourd’hui, elle se déplace et dort moins, et je ne peux pas du tout travailler pendant qu’elle est éveillée.

Impossible de poursuivre ainsi. Je repars donc en recherche.

Les assistantes maternelles et nounou à domicile

Je me suis inscrite sur de nombreux sites quelques mois auparavant et en parallèle à nos recherches de places en crèche. J’avais même rencontré des personnes, mais je leur trouvais toujours quelque chose et puis, surtout, peu d’entre elles ne souhaitaient un contrat de seulement 2 jours par semaine. Peut-être que j’aurai plus de chance cette fois-ci ? Je ne perds pas espoir, et reposte des annonces. Toujours rien, personne n’est réellement intéressé par un contrat de 2 jours par semaine… Pas le choix, nous continuons ainsi… Je prends sur moi, et essaie tant bien que mal de gérer ma fille à temps plein, la maison, mais aussi mon travail de freelance, et de ma boutique de vêtements. Faute de temps, je dois même dire non à des propositions. J’accumule une extrême fatigue, j’ai l’impression de n’arriver à rien…

La nounou à domicile

N’ayant aucun retour d’assistantes maternelles disponibles pour un contrat de 2 jours par semaine, j’ai pensé à la nounou à domicile. Une personne agrée qui vient à la maison garder vos enfants. Mais je souhaitais que Bubulle puisse être au contact d’autres enfants. Donc, même si, en dernier recours ou occasionnellement cette solution peut être utile, ce n’est pas celle qui nous convient. Je la garde tout de même en mémoire car cela peut être d’une grande aide d’avoir une personne pour vous assister chez vous, ou vous permettre de sortir, rendez-vous ou autre.

La dépression post partum : le déclic

Il y a trois semaines, j’ai craqué. Dépression post partum, le mot était posé. Je me suis pris pour wonder woman, à travailler H24, m’occuper de la maison et de mon bébé. Car ce ne sont pas les premiers mois qui sont les plus difficile, car bébé ne bouge pas trop et on peut vaquer à nos occupations. Mais là, j’avais des journées de dingue. Mère au foyer ou travailler, il faut choisir. Les deux sont incompatibles. Et à celles qui ne comprennent pas (« bé quoi tu travailles depuis la maison donc tu ne travailles pas vraiment non ? »), faites donc une semaine de télétravail (avec donc du TRAVAIL) tout en gérant H24 votre bébé, et on en reparle ^^. Bref, j’ai craqué : tension, hormones, nerfs, je suis partie en urgence un weekend chez mes parents, seule, pour me ressourcer.

Et en rentrant, nous avons eut une grande discussion avec Jules. Parce que oui, c’est une situation qui nous concerne tous les deux. Nous sommes un couple, et les problèmes se règlent en duo. Nous avons tous les deux pris conscience qu’il fallait changer les choses. Et nous avons donc décidé de reprendre nos recherches pour un moyen de garde version COMBATTANTS ! Vue la situation, c’était indispensable.

Nous avons aussi établi une sorte de « contrat mental » entre nous deux. Des choses simples, mais qui, finalement, si on se laisse submerger, nous bouffent la vie. Afin de reprendre une vie sereine, plus apaisée et plus heureuse, voici les quelques points que sur lesquels nous travaillons :

  • prendre une aide-ménagère afin de ne plus ou moins avoir à gérer le gros du ménage.
  • Jules rentre un peu plus tôt le soir (19 heures maximum, contre 20h / 20h30 avant !!)

Cela peut paraître peu, mais depuis que nous avons mis cela en place, je sens déjà les effets bénéfiques et me sens soulagée. Je suis moins stressée, et cela se ressent également sur notre couple, et sur notre épanouissement. Jules a aussi des sortis seul de son côté, et moi je me cherche une activité un soir de semaine également. Je pense que je consacrerai un prochain article à ces changements, n’hésitez pas à me le dire en commentaire.

Mode warrior activé : en route pour le démarchage

Il était temps de passer à l’action. Envoyer des mails, téléphoner, attendre ne sert à rien. Il faut se déplacer. Un matin, j’ai donc mis ma baby girl dans sa poussette, et nous sommes toutes les deux parties faire le porte-à-porte des structures d’accueil. Sans surprise, toutes les crèches municipales m’ont claqué la porte au nez : « vous n’avez pas eu de place, tout se passe avec la mairie, ciao ». Merci bien, au revoir madame. J’en ai fait 8 ainsi. Mais il en fallait plus pour me décourager. De toute façon, je n’avais pas le choix, je devais poursuivre !

Et puis, ma belle maman m’a parlé des MAM (maison d’assistantes maternelles). Il s’agit de professionnelles agrées qui se regroupent dans un lieu commun pour former une mini crèche. Et bien figurez-vous qu’une d’entre elle se trouve à 2 minutes de chez moi, voisine d’une des crèches publiques dans lesquelles je suis allée le fameux matin. Bien entendu, cela aurait été trop aimable de m’en informer ^^ Bref, passons. Je m’y suis donc rendue, en expliquant ma situation, et là, ALLÉLUIA ! L’AM qui me reçoit m’indique qu’elle a une place disponible le mercredi, et que sa collègue en a également une autre le lundi. Bon, ce ne sont pas les journées que j’aurais souhaité, mais je les prends ! Et une place se libère prochainement pour le mardi et le jeudi que j’ai d’ores et déjà réservés.

Mes impressions

Ainsi, depuis mercredi dernier, notre Bubulle nationale a découvert la vie en collectivité. Bien sûr, elle avait déjà vu des enfants, notamment baby A, le fils de mon accolyte, avec qui nous passons la plupart de nos mercredi. C’est d’ailleurs pour cette raison que dès que je pourrai je changerai les jours de garde pour avoir le mercredi avec ma fille et qu’elle puisse voir son copain baby A. Et elle qui est déjà super avancée niveau motricité (elle fait du 4 pattes depuis ses 6 mois et se met debout depuis quelques semaines), cela va encore plus l’aider et la motiver. Aujourd’hui, c’est sa deuxième journée !

Je suis partagée entre le soulagement et la culpabilité. Au fond de moi, je sais parfaitement qu’elle s’amuse, et que c‘est très bénéfique pour elle d’être ailleurs qu’à la maison, et qu’elle ait une vie en dehors de nous. C’est même indispensable. Mais je ne peux m’empêcher de me dire qu’elle est mieux à la maison… Bref, ce fameux sentiment que tu ressens quand tu es maman ! Mais c’est super positif pour elle, et pour moi!

Pour conclure, je vous recommande de vous y prendre bien en avance pour chercher votre moyen de garde, et, si vous êtes dans la même situation que moi, de ne pas vous croire wonder woman. Et je pense que cela est aussi valable pour les mamans qui ne travaillent pas du tout, histoire de souffler ne serait-ce qu’une journée.

Faire garder votre bébé ne serait-ce qu’une journée, est bénéfique d’abord pour le bébé qui a besoin d’avoir « une vie » (je ne parle pas des nourrissons ^^) et de s’épanouir en dehors de ses parents. Mais aussi pour nous, maman ou papa, afin de rechercher les batteries, et d’être en pleine forme (ou pas trop HS dirons-nous) pour apporter le meilleur de nous-mêmes à nos bout de choux !

(Visited 119 times, 10 visits today)

Partagez cet article

1 Comment

  1. Avatar Céline dit :

    C’est la croix et la bannière pour trouver un moyen de garde, c’est hallucinant. Cinq jours par semaine chez moi, ça fait flamber le budget, je te dis pas…
    Et quand tu vois les cas soc’ passer avant toi !
    Grr !
    Bref, sujet épineux.
    Je t’avais parlé de la Ram-Rape, ça semble être la même chose que la Mam. Étonnant que ta mairie ne t’en ait pas parlé lors de l’inscription crèche… Sympa !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *