Affichage de 7 Résultat(s)
10 reflexes pour preparer la venue de bebe
Maternité MUM LIFE

10 réflexes à adopter avec l’arrivée de bébé

10-reflex-a-adopter-quand-on-devient-parent

Et voilà, Bubulle a déjà 3 mois et j’ai l’impression qu’elle grandit à vue d’œil ! Les temps de sommeil s’allongent (pour nous comme pour elle, ouf !), elle mange bien, fait de bonnes siestes, et nos premiers regards me font complètement fondre (mais pour ne rien vous cacher, je suis encore bien fatiguée…). Bien entendu, j’anticipe déjà ses futurs besoins. Cependant, avant de penser à la diversification alimentaire et à quel âge mettre bébé sur le pot, voici quelques réflexes bien utiles à adopter dès le départ, pour reprendre petit à petit un rythme de vie un peu plus normal.

Instaurer un rituel du coucher

Les bébés sont archi-casaniers et ils détectent instinctivement les changements d’environnement (bruits, odeurs). L’idéal est de toujours le faire dormir au même endroit. Si vous allez chez des amis, emportez la même turbulette et mettez la même petite musique au moment de le coucher, il sera plus rassuré.

Mettre de côté le portable

Quand vous êtes avec bébé, éloignez votre portable pour ne pas être distraite et rester à l’affût des messages. Soyez complètement disponible pour lui, vous aurez tout le temps de consulter votre téléphone quand il n’aura pas besoin de vous.

Avoir le babyphone près de soi

Plutôt que d’aller vérifier toutes les 10 minutes si bébé va bien et ne pleure pas, gardez le babyphone à côté de vous et profitez de votre temps libre pour faire une sieste bien méritée et prendre soin de vous. Le mien possède une caméra, ce qui est ultra rassurant ^^

S’imposer une activité dès le départ

Même si vous restez à la maison, prévoyez à l’avance une activité à inclure dans votre emploi du temps. Séances de yoga, pilates, jardinage, lecture : n’attendez pas d’avoir le temps sinon vous ne ferez rien pendant des mois ! Pour moi, c’est prendre le temps de m’occuper du blog, faire mes correspondances, et m’atteler aux idées décos pour notre nouvel appartement que nous aurons mi juillet !

devenir-blogueuse-influenceuse

Planifier la répartition des tâches

Instinctivement, les mamans ont envie de tout faire, tout gérer autour de bébé. Cependant, pour ne pas que le papa se sente exclu, alternez les petites tâches quotidiennes : changement de couches, biberon, réveil nocturne. Vous apprécierez d’autant plus ces petits moments de repos.

Préparer les biberons avant de se coucher

Si bébé est nourri au lait infantile, préparez les dosettes et l’eau minérale dans le biberon. En pleine nuit, vous serez vous-même à moitié endormi, donc mieux vaut éviter les manipulations compliquées pour donner le biberon. Si vous allaitez, on investit dans un tire-lait pour faire pareil ! Ici, ma petite fille fait déjà ses nuits, mais c’est pareil pour la journée. Les dosettes sont prêtes, et l’eau est déjà dans les biberons. Le temps est si précieux !

Oublier sa montre

Inutile d’essayer d’établir un emploi du temps bien précis dès le départ ! Et oui, même si vous aurez l’impression d’être une esclave, c’est à vous de vous adapter à ses horaires. Donc ne le laissez pas pleurer s’il a faim ou s’il ne veut pas se coucher à 20h pétantes, ça viendra plus tard, lorsqu’il aura l’âge d’aller sur le pot et de gagner en autonomie.

Démarrer la journée par une douche

Rien de plus déprimant que de traîner en pyjama toute la journée même si vous êtes fatiguée. Hop, on file sous la douche au réveil et on s’habille correctement pour se sentir bien ! Profitez-en pour prendre soin de votre corps avec une bonne crème hydratante et une petite touche de maquillage pour garder les bons réflexes. Perso, je me maquille très peu, mais je le fais tous les samedi. C’est MA journée.

organisation-journee-de-maman

Simplifier les repas

Oubliez les petits plats mitonnés avec amour et allez au plus simple. Pour les courses, privilégiez la livraison à domicile pour ne pas avoir à déambuler comme un zombie dans les rayons avec bébé qui hurle. Cela vous évitera de porter des sacs trop lourds et d’oublier l’essentiel. En plus, ça me permet de commander beaucoup de packs d’eau pour ses biberons, et pour nous, la lessive, bref, les choses lourdes. Et je ne perds pas de temps sur place. C’est pratique Internet ! Pour les plats, je prends le temps le weekend de cuisiner, et je congèle. J’ai actuellement 2 plats de lasagnes qui n’attendent qu’à être dégustés ^^

Prévoir des moments d’intimité avec son conjoint

Les moments d’intimité seront forcément mis de côté les premières semaines mais cela ne vous empêche pas de faire un break avec votre chéri. On appelle quelqu’un de confiance pour garder bébé et on se prévoit un dîner en amoureux ou une sortie cinéma de manière régulière. De manière générale, posez-vous tous les deux et réinstaurez doucement les contacts physiques et les câlins.

De manière générale, faites-vous confiance et ne soyez pas trop exigeante avec vous-même. Être maman, ça s’apprend au fil des jours et tant pis si vous faites des petites erreurs au début ! N’oubliez pas que vous êtes avant tout une femme avant d’être une mère. Donc faites-vous chouchouter, n’hésitez pas à demander de l’aide quand vous en avez marre, tant pis si c’est désordre dans la maison et échappez-vous de temps en temps : ce n’est pas de l’égoïsme, c’est de la survie !

↓ VOUS AVEZ PINTEREST ? ↓

bien gerer l arrivee de bebe

Partagez cet article

sweat grain de malice rose
Maternité Mode MUM LIFE

5 changements dans ton quotidien quand tu deviens maman

tote bag maman d amour

Ce n’est pas un scoop : ta vie change lorsque tu deviens maman. Et même si les premiers jours en tant que parents peuvent être difficiles, qu’il faut bien s’adapter, et ce, rapidement, les changements de ta nouvelles vie t’apportent tant de bonheur. Si je devais résumer en un mot ce qui change le plus mon quotidien par rapport à ma vie d’avant mon accouchement, ça serait « le temps ». Ce dernier est, dans les premiers temps, exclusivement réservé à votre petite merveille. Mais il est indispensable, voir vital (oui, oui ^^) de se préserver, et de se réserver du temps.

Du temps pour soi, mais aussi pour son couple, ses amis… Bref, essayer de continuer à vivre normalement et comme avant. Bien entendu, il faut un temps d’adaptation, et puis, qu’on se le dise honnêtement, c’est important aussi, les premiers jours surtout, de profiter à fond des moments à 3… Ils sont si précieux et passent si vite… !

Je me suis donc amusée à lister les 5 changements dans ton quotidien quand tu deviens maman. Cette liste, à travers laquelle je partage mon expérience, n’est bien entendue pas exhaustive, et à prendre au second degré ^^

Je porte : pull Grain de Malice, jean The Kooples, tote bag Celio

sweat grain de malice rose
instagram maternite
Suivez-moi sur Instagram

[highlight background= » » color= » »]Le temps pour soi[/highlight]

Prendre une longue douche bien chaude, ou pourquoi pas, même, un bon bain à bulles, un masque sur le visage et un soin capillaire sur la crinière… Quoi ? C’est quoi ça ? Ah oui, mon ancienne vie ^^ Désormais, je me lave les cheveux uniquement le weekend lorsque Jules est présent, et mes douches quotidiennes peuvent tenir sur une chanson de 3 minutes (à peine).

Il est important de conserver du temps pour soi. C’est même primordiale, vital. Sinon, on finira par péter un câble ! Alors, chaque weekend, le matin, je m’accorde une petite heure dans la salle de bain, pour me faire un soin visage et cheveux, m’épiler, me coiffer, bref, prendre soin de moi. Alors c’est sûr qu’une heure par semaine, ce n’est rien comparé à ma vie d’avant, mais aujourd’hui, c’est clairement un luxe indispensable.

Je me suis également offert il y a quelques semaines, un massage à domicile. C’est la magicienne de Lunaissance qui est venue une nouvelle fois me masser et détendre mon corps de jeune maman directement dans mon salon. J’avais déjà réservé un forfait 3 massage pendant ma grossesse, et cela m’avait fait un bien fou ! Je pense d’ailleurs que je referai un massage régulièrement, peut-être tous les 2-3 mois.


[highlight background= » » color= » »]Le temps pour son couple[/highlight]

Merci de ne pas oublier que ce cher et tendre petit poupon sous nos yeux est bel et bien le fruit de notre amour. Oui, de NOTRE amour. Avant d’être 3, nous étions 2. Et ça serait bien ne pas l’oublier. Les premiers temps, on est 100% focus sur l’arrivée de ce petit être innocent qui réclame toute notre attention. Mais, il faut, (et j’insiste sur ce verbe) trouver du temps pour son couple.

Qu’il s’agisse de quelques minutes de câlins, d’un apéro devant une série, ou d’une balade, pourquoi pas avec la poussette, mais en prenant le temps de s’arrêter faire un molki (véridique), il est important de ne pas s’oublier. Et ce, même si on est très fatigués…

..

[highlight background= » » color= » »]Le temps pour ses amis[/highlight]

En voilà qui pourraient clairement signaler votre changement de comportement. Comment ça, vous ne donnez plus de nouvelles et ne répondez plus au taquet à vos SMS ? Et bien oui, avec un nourrisson dans les bras la plupart de la journée, le portable n’est pas toujours accessible… Et puis il faut dire que lorsqu’on s’apprête à répondre à un message, hop, c’est le moment de changer une couche. Et les soirées entre amis ? Alors là, on oublie. Personnellement, lorsque ma baby girl est couchée le soir, je me couche. Oui, 21h c’est l’heure du dodo de la nuit !

N’oublions pas qu’avant d’être parents, nous étions elle et lui, avec nos vies, et nos amis en faisaient partie. Alors, ne les négligeons pas, même s’ils peuvent comprendre que les premiers mois, nous avons d’autres choses en tête auxquelles penser. Chaque soir, au moment de me coucher, je prends le temps de répondre à tous les textos que j’ai reçu dans la journée, et auxquels je n’ai pas eu le temps de répondre. Et si, pour le moment notre baby girl n’a pas encore ses vaccins et que je ne la sors pas dans les transports en communs, je ne manquerai pas de le faire lorsque ça sera le cas, afin de retrouver mes amies pour déjeuner sur leur lieu de travail, prendre le goûter, etc… En attendant, nous recevons ou allons voir nos proches et amis le weekend, lorsque nous ne sommes pas complètement HS ^^

En tout cas, j’ai hâte de pouvoir sortir ma baby girl dans Paris, ça lui fera du bien, et à moi aussi ! Parce que pour le moment, la seule et unique balade que je fais, c’est dans mon quartier, et on en a vite fait le tour ^^

blogueuse maman

Crédits photo © Gaëlle Photographe

[highlight background= » » color= » »]Le temps pour manger[/highlight]

Alors là, clairement, on oublie. Le meilleur régime au monde ? Faites des enfants. Et attendez les résultats après la naissance. Hahahaha… Pour ma part, je n’ai pas encore fait 3 repas complet en une journée depuis mon retour de la maternité. Pas le temps. parfois, je commence, mais soit je m’interromps en plein milieu, soit je risque de m’étouffer en terminant en 4è vitesse. L’astuce ? Préparer ses plats à l’avance. Bon, aujourd’hui, comme je vous le disais dans cet article, je prends plus le temps de me poser, quitte à faire patienter ma fille quelques minutes.

…..

[highlight background= » » color= » »]Le temps pour dormir[/highlight]

Alors, s’il vous plait, arrêtez de me dire « il faut dormir quand ta fille dort ». Facile à dire. Pas à faire. Sur le papier, ça serait génial. Mais, d’une part, je ne suis pas un robot et n’arrive pas à dormir sur commande. Et d’autre part, il y a toujours quelque chose à faire lorsqu’elle s’endort. De plus, il faut considérer le fait qu’elle a du RGO et que donc, nous sommes obligés de la tenir droite contre nous pendant environ une heure après la fin de son biberon. Donc déjà, on « perd » une heure pendant laquelle elle dort. Ensuite, j’ai un métier, donc je dois avancer pendant qu’elle est calme. Donc au final, cela fait deux mois que j’ai accouché, et je n’ai encore JAMAIS fait de sieste. Par contre, je suis comme un élastique. Je tire, je tire, je tire et un moment, je ne tiens plus. Et j’appelle Jules à la rescousse et je dors 8 h d’affilé. Pour mieux recommencer…

Et vous les filles, vous arrivez à trouver du temps pour vous ?

Partagez cet article

comment changer une couche
Maternité MUM LIFE

Ma nouvelle vie de maman

comment changer une couche

Déjà un mois et demi que notre Bubulle nous a rejoints, et que je suis, de ce fait, maman. J’ai l’impression que cela fait des siècles que j’apprenais que j’allais devenir maman. Tout arrive si vite : l’accouchement, le séjour à la maternité, le retour à la maison avec un nourrisson… Finalement, on est vite pris dans le rythme très soutenu des premières semaines, et on ne réalise pas vraiment. Aujourd’hui, je prends le temps de me poser, et de faire le point sur ma nouvelle vie de maman depuis le jour de mon accouchement.

Une amie m’a récemment posé une question : « quelle est la chose à laquelle tu ne t’attendais pas, et qui t’a le plus surprise dans ta nouvelle vie de maman ? » J’ai pris quelques minutes pour réfléchir, et finalement, je lui ai répondu : « le vrai quotidien, en opposition aux idées reçues ».

Pour développer, j’entends par là qu’on a vite fait de penser (et ne me dîtes pas que ça ne vous a pas au moins rien qu’une fois traversé l’esprit…) que s’occuper d’un nouveau né n’est pas si compliqué. De quoi elles se plaignent les mères au foyer ? Ça va, y’a plus fatigant comme rythme, non ? Tu changes 2-3 couches, tu donnes à manger, tu fais des câlins, et ensuite ton bébé il dort toute la journée pas vrai ? Tu as tout le temps que tu souhaites pour te mater une série, et dormir à ta guise en journée. Faut pas abuser, hein ! Je vous avoue, sans filtre, qu’avant mon accouchement, je pensais sincèrement que j’allais avoir encore un peu de temps pour moi, que oui, je pourrai m’organiser pour faire ma vie pendant les siestes de ma Bubulle d’amour ♥

En fait, non.

devenir-maman
compte instagram maman
Suivez-moi sur Instagram

[highlight background= » » color= » »]S’adapter à un nouveau rythme[/highlight]

Les 2-3 premières semaines de vie de votre enfant (qui sont clairement les plus épuisantes…), vous ne vivez que pour lui. Au-delà de l’aspect nouveauté et qu’il faille s’adapter du jour au lendemain à un nouveau rythme de vie, on est complètement pris dans le tourbillon des besoins de notre bébé. Ce petit être entièrement dépendant de nous. Une énorme responsabilité qui nous incombe en quelques heures. La vie et le bien-être d’un autre individu dépendent de nous tout de même…

C’est nouveau, alors à chaque pleur, on se demande  » qué pasa ? ». Au départ, et durant les 3 premières semaines, j’étais sous pression en permanence ou presque. En fait, j’étais sans arrêt dans l’attente. L’attente d’un prochain besoin, d’un nouveau biberon, d’une nouvelle couche à changer, d’une douleur, d’un chagrin… Je ne savais donc pas profiter justement de ces temps calmes. De plus, je faisais tout quasiment de manière mécanique. Changer la couche presque comme un robot, surtout lorsque j’étais très fatiguée (on accumule beaucoup de fatigue depuis la maternité…) arrivait régulièrement. Et puis, il faut dire qu’il y a tous les à côtés : les nombreuses lessives (au moins 2 par jour ^^), le ménage, la préparation des prochains biberons… Ce qui avant était normal devient impossible. Allez faire une course se transforme en véritable opération , me laver les cheveux est un luxe et savourer mon petit déjeuner un rêve. Bref, ce n’était pas du tout facile et je me suis clairement demandé comment j’allais tenir le rythme ?

[highlight background= » » color= » »]Relativiser et apprendre à lâcher prise[/highlight]

Aujourd’hui, à un mois et demi, j’ai appris à reconnaître chacun des pleurs de ma baby girl, et à beaucoup moins les appréhender. Je sais par exemple lorsqu’elle a un besoin « urgent » ou si je peux prendre 5 minutes pour terminer de me rincer sous la douche, ou avaler tranquillement ma biscotte sans m’étouffer. Je sais également être plus détendue face à ses besoins, ou ses pleurs. Ce qui facilite grandement mes journées.

Parfois, elle commence à « chouiner », je la regarde, et cela ne sert à rien que j’aille la prendre immédiatement dans mes bras, elle se calme d’elle-même ou alors il s’agit simplement de pleurs « reflex » qui ne durent que quelques secondes. Par contre, si cela augmente en intensité (attention les oreilles ^^), là évidemment, je stoppe mon activité.

Il y a quelques semaines, il m’était clairement impossible par exemple de rédiger un article sur le blog. Aujourd’hui, j’arrive petit à petit à m’organiser, et cela va, je pense, aller en s’arrangeant.

Sortir en poussette par exemple, est devenu facile et plaisant, et j’essaie de le faire tous les jours pour elle, mais aussi pour moi. Au départ, je stressais pour tout le côté mise en place, ne rien oublier, « et si elle réclame à manger pendant la balade ? Et si elle a besoin d’être changée ? ». Et bien, elle réclamera, et on rentrera, c’est la vie. Mais par précaution, je prends toujours le sac à langer avec un biberon et une dose de lait prête dans le doseur. On ne sait jamais, des fois qu’on resterait coincées dans l’ascenseur… !

Finalement, en comparaison avec d’autres nourrissions de mon entourage, elle ne pleure pas beaucoup. En fait, elle ne pleure (ou ronchonne) seulement pour la couche ou pour manger. On s’estime donc heureux (pour le moment, car tout peut changer ^^). Il lui arrive parfois d’être un peu plus à fleur de peau le soir, mais avec des câlins, et le bain, elle se détend plutôt facilement. Et concernant son RGO, on a clairement vue une amélioration depuis qu’on lui donne le Gaviscon et l’Inexium. Nous poursuivons également les massages tous les jours.

enceinte-38-sa

[highlight background= » » color= » »]Profiter[/highlight]

Le temps passe si vite. Comme ma grossesse, qui a filé à une allure pas possible. La fin de ma grossesse me semble aujourd’hui si lointaine. Surtout que j’ai « manqué » 3 semaines. Aussi, j’essaie de profiter de chaque instant avec ma fille. Des câlins, des sourires (oui, déjà !), des temps calmes, et des photos, tellement de photos. Je peux passer de longs moments à la contempler en train de dormir. Elle est si paisible. Elle change si vite, chaque matin j’ai l’impression qu’elle a grandit davantage.

Si en semaine nous avons un rythme régulier, le weekend, c’est un peu plus cool, surtout le matin où nous avons notre petit moment tous les trois. Notre Bubulle vient dans le lit de son papa et sa maman, pour sa sieste du matin. Un moment privilégié que j’apprécie énormément.

En 6 semaines, nous avons appris à faire connaissance, à trouver notre rythme. Nous sommes clairement plus détendus. Et cela se ressent nettement au quotidien. Nous profitons de chaque instant passés. Et c’est l’essentiel.

N’hésitez-pas à me suivre sur mon compte Instagram où je partage mon quotidien de jeune maman (entre autres choses) !


Partagez cet article

baby-box-french-poupon
EQUIPEMENTS BÉBÉ Maternité

J’ai testé : la Baby Box French Poupon

berceau-en-carton-nourisson

Hello les filles, aujourd’hui, je vais vous partager mon avis sur la Baby Box French Poupon.

Quézako ? De quoi elle nous parle ? Il s’agit d’un berceau en carton (oui, oui), entièrement conçu avec des matériaux sains, dans le respect de l’environnement (entièrement recyclable), et de fabrication 100% française.

Quoi ? Elle est sérieuse ? Elle fait dormir son bébé dans une boîte en carton ?

Oui, complètement. Explications…

Avec Jules, en attendant la livraison de notre nouvel appartement dont nous sommes les heureux propriétaires, nous sommes actuellement locataires d’un T2 : une chambre, et un salon (+ cuisine et salle de bain). Aussi, dans un premier temps, nous avons décidé d’installer notre baby girl dans le salon. La place étant est cruciale, nous économisons le moindre mètre carré. C’est pourquoi, pour les premières semaines de notre petite fille, nous souhaitions un cocon, un petit berceau qui ne prend pas de place.

Lorsque j’ai été contactée pour tester cette Baby Box, c’était l’occasion. Nous l’avons donc installée dans notre salon actuel, à côté de la table à langer faite par Jules. Et vu que cette petite poupette est arrivée 2 semaines et demie en avance, je ne regrette pas d’avoir tout organisé en avance ! La seule question qui restait alors, c’était de savoir si elle allait apprécier son berceau, et bien dormir dedans. La base quoi ^^

À mon retour à la maison, après mon séjour de 3 jours à la maternité, j’avais une petite appréhension au sujet de l’adaptation de ma Bubulle avec son nouveau lit. Finalement, elle n’a pas bronché, et l’a immédiatement adopté. Il faut dire que le format est exactement le même que celui du berceau qu’elle avait à la maternité, ça aide. Et comme là bas, nous avons légèrement surélevé le haut du matelas (fournis avec la box) afin de limiter les régurgitations.

Elle se sent totalement en sécurité et à l’aise dedans, ça se voit. Le matelas est très confortable, et conforme aux recommandations des pédiatres.

Rassurez-vous, il ne s’agit pas d’une boîte en carton Colissimo ! Non, le berceau est composé de carton et papier kraft 100% vierge, épais (c’est bien solide comme du bois), et l’encre est à base d’eau. Aucun vernis ! À l’origine, il s’agit d’un concept des pays nordiques, avec un trousseau distribué gratuitement aux mamans.

Pour le moment, et depuis 3 semaines, la box nous correspond totalement, et à notre fille aussi. C’est surtout ça le principal. Elle peut être utilisée de la naissance jusqu’à 6 mois. Cependant, nous ne l’utiliserons pas jusque là, car nous allons recevoir un lit prochainement. Nous avons en effet changé la disposition de notre appartement. Nous avons laissé notre chambre à notre Bubulle, qui a donc la place maintenant d’avoir un lit de grande, et nous, et bien, nous nous sommes installés dans le salon. En mode studio ! Mais, nous garderons sans aucun doute la baby box pour ses siestes dans le salon, ou comme boîte de rangement pour ses jouets et ses livres. Bref, elle servira toujours ! C’est clairement un produit que je recommande.

D’une valeur de 89 euros, la box nomade que j’ai reçue est composée de : une box en carton, un matelas déhoussable, une protection de matelas, un liniment 500ml et des serviettes hygiénique (dont je me suis servi à la fin de mon retour de couche).

Dimensions : 72cm x 30cm x 44cm
Composition : certification Oeko-Tex Standard 100 et Centipur
Fabrication : 100% française

Vous connaissiez le concept ?

baby box finlande

Partagez cet article

accouchement-premature
GROSSESSE Maternité

04/03/2019 : récit de mon accouchement

deroulement-accouchementAujourd’hui je vous retrouve avec un article un peu, beaucoup spécial, puisque je vais vous raconter le déroulement de mon accouchement, en cette nuit du lundi 4 mars 2019. Vous avez été très nombreuses à me demander la rédaction de ce billet, et j’espère qu’il pourra vous être utile,vous rassurer, vous apporter les réponses à vos questions. Soyez bien  consciente cependant, qu’évidement, chaque accouchement est différent.

Je garde un merveilleux souvenir de cette expérience, peut-être même la plus belle de toute ma vie…

Samedi 2 mars 2019 au soir, au moment du coucher, j’ai un peu plus mal au dos que d’habitude. Je missionne Jules pour un massage, qu’il exécute comme un chef. Cette nuit, Jules va dormir dans le salon car il a besoin de se reposer et que je suis assez agitée. La nuit se passe tranquillement…

Dimanche 3 mars 2019, à 6h30 du matin, je ressens une douleur assez vive mais supportable. Elle débute dans le bas du ventre, se poursuit dans le bas du dos pour enfin se propager sur toute la partie basse de mon ventre avant de s’atténuer. Mais cela ne m’alarme pas pour autant. Après tout, je suis à deux semaines et demie de mon terme, c’est sans doute normal que ça commence à travailler la dedans.

06h45 : nouvelle contraction
06h51 : encore
06h59 : encore
07h08 : encore

08h00 : je traîne sur Instagram, et je poste cette photo, où je vous demande quels sont vos pronostiques concernant la date de la naissance de Bubulle…

Les contractions se poursuivent. Bon, je vais les noter, on ne sais jamais… Cela continue jusqu’à environ 09h du matin, avec des contractions à intervalle plus ou moins régulier de 5 à 8 minutes. Mais cela est gérable et je reste au lit.

09h30 : je me lève, me dirige vers le salon pour faire part de tout ça à Jules. Il dort à points fermés. Je ne vais pas le réveiller. Il a besoin d’être en forme. Je me recouche. Les contractions se poursuivent jusqu’à 11h30, heure à laquelle je me relève, petit déjeune, et file prendre ma douche. Les douleurs s’estompent un peu…

13h00 : bon, les contractions sont revenues. Je décide de me faire couler un bain. J’y reste environ une heure. J’en profite pour me faire un masque visage et un masque sur les cheveux. Je ne ressens plus de douleurs.

14h00 : je sors de mon bain. Dès que je me lève pour me rincer, les contractions reprennent. Et cette fois, elles sont plus intenses. Je me crispe. J’appelle Jules. Il m’aide à sortir de la baignoire.

14h15 : je n’arrive pas à me sécher les cheveux. Chaque contraction me crispe et j’essaie de la faire passer en respirant comme on l’a appris au cours de préparation accouchement. Mais plus facile à dire qu’à faire lorsqu’on est dans le feu de l’action comme on dit. Jules me sèche les cheveux pendant que je lutte contre moi-même.

15h00 : je mange un peu. Toutes les 5 minutes, et à chaque contraction, je me lève de ma chaise. Jules note chacune d’entre elles.

16h30 : les contractions sont de plus en plus vives, et de plus en plus rapprochée. Toutes les 5-4 minutes. Mais je ne pense absolument pas que c’est le moment. Enfin, oui et non. Mais c’est trop tôt… !

17h30 : je tiens absolument à faire une photo instagram de mon #babybump comme je le fais chaque semaine depuis le début de ma grossesse. Je suis à 38sa, alors c’est le moment. Je me tord de douleur entre chaque prise… Mais je tiens bon. À ce moment là, je suis sur une autre planète et ne réalise absolument pas ce qui est en train de se passer. Je parle de cette photo.

18h00 : je commence à ne plus savoir comment me placer, je me crispe de plus en plus, je prononce des phrases invraisemblables telles que « aiiiiiide-moiiiiiii », « je vais mouuriiiiiiir ». Jules me dit que les contractions ont lieu toutes les 3 minutes maintenant, qu’il faudrait peut-être aller à la maternité. Je luis réponds que non, c’est un pré travail, qu’ils vont me donner du spasfon…

18h30 : Jules prend la valise de maternité et me dit « bon, moi je vais mettre la valise dans le coffre au cas où ».
18h35 : ok, on va à la maternité je ne tiens plus !
18h45 : nous sommes dans le parking, nous partons pour la maternité. Dans la voiture, entre 2 contractions, je poste la photo 38sa sur Instagram. Je ne me doute pas que c’est la dernière avec mon baby bump…

19h30 : nous arrivons à la maternité où suis rapidement prise en charge. En même temps, je suis pliée toutes les 2-3 minutes, et ai du mal à marcher. Test d’urine, tension…

20h00 : Je suis auscultée par une sage-femme : « ah oui, vous êtes à 4 madame, vous avez fait du bon travail, vous pouvez être fière de vous ! Maintenant on passe directement en salle de travail ». Je prends tout de même le temps de choisir MA chambre parmi celles disponibles ^^

20h45 : l’anesthésiste arrive avec les infirmières pour me poser la péridurale. Ce n’est absolument pas douloureux. Plus impressionnant qu’autre chose en fait.

21h00 : j’ai hâte que la péridurale fasse effet ! Enfin ! Quel soulagement ! J’ai choisis une péridurale que je puisse doser, afin de ne pas être « paralysée » et pouvoir ressentir les sensations, tout en étant soulagée.

22h00 : ce n’est vraiment pas pratique de trouver une position confortable entre tous les câbles qui me relient aux machines ! Mais bon, c’est comme ça. Jules m’aide à me tourner lorsque j’en ai besoin.

23h30 : Oh… Je regarde Jules : « Je suis trempée, je viens de me faire pipi dessus ou quoi ?? ». La sage-femme passe justement me voir quelques minutes plus tard. Effectivement, c’est la poche des eaux. Elle m’examine. Je suis à 5.

00h30 : Oh là là, que se passe t-il ? Je ressens de nouveau les douleurs ! Et version mille mille mille !

01h00 : J’appelle la sage-femme, ce n’est pas normal que je ressente tout ! Elle arrive de suite, et m’examine. Avec Jules, on espère un petit 7… Mais la sage-femme nous annonce que je suis passée directement de 5 à complet. Ce qui explique que la péridurale n’ait pas suivi. Ils me refont une dose. J’attends qu’elle fasse effet ! Elle me dit qu’elle repasse d’ici une heure pour voir si le bébé descend bien.

02h00 : Le bébé est bien engagé, elle me dit qu’elle revient d’ici une heure pour qu’on passe à l’action.

02h35 : Finalement, elle revient plus tôt que prévu. Le cœur de bébé ne supporte pas bien les contractions. On s’installe donc pour la poussée !

02h45 : C’est parti mon kiki ! Je ressens bien les contractions. C’est ce que je souhaitais. Je l’avais indiqué dans mon projet de naissance. Je ne souhaitais pas ne rien sentir. Là, je sais quand je dois pousser. Jules est adorable, il tient la bouteille d’eau et le brumisateur. Il m’encourage « tu es trop forte je suis fière de toi ! ». Ses mots m’apaisent.

03h05 : le cœur de bébé ralenti sensiblement au fur et à mesure que je pousse. Ce n’est pas bon. Je pousse de plus belle, je sens que sa tête est prête à sortir. Je peux même la sentir avec ma main.

03h20 : le cœur de bébé ralenti trop. Elle ne supporte ni les contractions ni les poussées. Il faut la sortir rapidement, même si je fais tout ce qu’il faut. L’équipe décide d’utiliser une ventouse. Je demande si c’est nécessaire. On m’assure que oui, qu’il faut la sortir rapidement. OK, faites tout ce qu’il faut. Moi, je m’en fiche (de moi).

03h30 : la tête sort ! C’est merveilleux.

03h34 : une épaule, dernière poussée, et elle est là. Elle est sur moi…

03h35 : je fonds en larmes…

Ça y est, elle est là, elle est vivante, elle est avec nous. Son papa la prend avec lui pour faire du peau à peau les 2 heures suivantes, pendant que j’expulse le placenta, que je me fais recoudre, etc…

Je garde un très bon souvenir de cette journée, vraiment. Je sais qu’une fois que c’est passé, c’est facile à dire, mais c’est tellement hors du temps, une parenthèse magique… Et malgré les complications post accouchement (un gros oedeme notamment, qui m’a empêché de me mouvoir comme je le souhaite depuis une semaine), je le referai mille fois !

Bubulle quand à elle est totalement remise et sa tête est bien ronde. Elle avait un œdème dû à la ventouse le premier jour mais qui s’est rapidement résorbé.

Nous sommes rentrés de la maternité jeudi, soit 4 jours après sa naissance. Je suis heureuse d’être chez moi, même si le personnel de la maternité était adorable. On est mieux chez soi ! Nous prenons nos repères petit à petit.

Merci à toutes de vos nombreux messages ♥ sur Instagram, vous êtes adorables ! 

Partagez cet article

valise-de-maternite
GROSSESSE Maternité

Qu’emporter dans ma valise de maternité ?

valise de maternite blog mamanBonjour les filles, je vous retrouve aujourd’hui avec un article que vous avez été nombreuses à me demander via les réseaux sociaux : ma valise de maternité. En effet, à l’approche du grand jour, j’ai nommé, l’arrivée au monde de notre Bubulle nationale, il est plus que temps de se poser la question : qu’emporter dans ma valise de maternité ? Durant les cours de préparation à l’accouchement que je suis à la maternité, la sage-femme nous a conseillé de la boucler, ainsi que le sac de naissance, environ 3-4 semaines avant la date de notre terme, et… Nous y voilà !

Avec Jules, nous avons fait le choix de faire 2 sacs bien distincts. Le premier, pour la sale de travail et de naissance, histoire de ne pas être encombrés avec une grosse valise, et le second, pour le séjour en lui-même.

[highlight background= » » color= » »]Le sac pour la salle de naissance[/highlight]

Il s’agit là du sac que nous emportons avec nous le jour J (l’autre pouvant rester dans la voiture en attendant le retour en chambre). Il contient l’essentiel, dont nous aurons besoin durant le travail, et juste après la naissance de notre petite fille.

Pour notre bébé :
-la première tenue de notre baby girl : un body, un pyjama (nous avons pris une taille naissance au cas où et une taille 1 mois), un bonnet, des chaussettes, un gilet, et une gigoteuse.
-une tétine si mademoiselle a un besoin de sussion (cela dépend des nourrissons)
-une couverture (pour le peau à peau)

Pour moi :
-un brumisateur
-de la musique
-une housse de traversin (pour pouvoir avoir un peu de chez moi dans la salle de travail et mettre sur le coussin d’allaitement mis à disposition/ Oui je suis maniaque mais c’est important pour moi ^^)
-des grosses chaussettes
-un gilet long
-de l’huile de pépin de raisin (demandé par la maternité pour faciliter la sortie de la tête du bébé au moment de l’expulsion)

Pour le papa principalement :
-un iPad
-un chargeur (histoire de ne pas se retrouver sans batterie pendant les longues heures d’attente ^^)
-des boissons et des gâteaux

preparer ma valise de maternite

[highlight background= » » color= » »]Le sac pour le séjour[/highlight]

Ce sac, plus contenant, est prévu pour le séjour en lui-même. Dans ma maternité, et en cas d’accouchement normal, par voie basse, et sans complication, il dure 3 jours. Voici ce que j’ai prévu, pour moi et ma petite fille. Sachant que, si besoin, le papa pourra rapporter des choses. Cela vient s’ajouter à ce qui se trouve déjà dans le sac de naissance.

Pour notre bébé :
-des bodies et des pyjamas
-des langes
-des bavoirs
-une veilleuse (pour ne pas avoir à allumer la lumière assez violente des chambres en pleine nuit)
-la maternité nous demande de fournir les couches, les cotopades et le serum physiologique
-2 sorties de bain
-un gel douche doux, une cold cream, un thermomètre
-un doudou si besoin

Pour moi :
-2 ou 3 chemises de nuit (nous ne souhaitons pas recevoir de visites durant notre séjour à la maternité, je vais donc rester en casual, pilou pilou ^^ En effet, nous voulons profiter de ces premiers instants si précieux, rien que nous 3, avec notre bébé. Trouver notre rythme, récupérer, bref, rester dans notre bulle et profiter un maximum de ces premiers moments qui nous appartiennent. D’ailleurs, la majeur partie de mes amies ayant accouché m’ont vivement conseillé cela ^^)
-des grosses serviettes hygiéniques
-des boxers
-des pantoufles
-soutiens-gorges de grossesse
-une serviette de toilette
-gel douche doux, quelques échantillons pour ne pas m’encombrer (crème visage et eau micellaire)
-une multiprise

Si besoin, Jules me rapportera des choses. L’important, c’est vraiment de vous sentir à l’aise, et si vous pensez avoir besoin de telle ou telle choses, prenez-les, ça ne coûte rien. Je pars du principe qu’il vaut mieux avoir et ne pas s’en servir, plutôt que de se dire « oh mince, j’aurais bien mis des grosses chaussettes là ^^)

que faut il emporter dans ma valise de materniteque prendre dans ma valise de maternitecontenu valise de maternite

Partagez cet article