Affichage de 8 Résultat(s)
comment bien choisir une poussette
Maternité PUÉRICULTURE

Test : La poussette LYRA William Kent

pousette lyra william kent

Devenir parents, c’est aussi voir son budget quotidien exploser avec des achats indispensables pour le quotidien, du matériel puériculture, des soins pour bébé… Parmi eux, le choix de la poussette est d’une importance capitale. En effet, elle va vous accompagner quasiment tous les jours, dans tous vos déplacements, qu’il s’agisse d’aller à un rendez-vous médical, d’aller faire une course juste en bas de chez vous, ou de partir toute une journée avec bébé. Aujourd’hui, je vais partager avec vous mon expérience du modèle LYRA de William Kent, que j’utilise au quotidien dans ma vie de maman.

Comme vous avez pu le voir sur Instagram, nous avons 2 poussettes. Une pour la vie de tous les jours, que nous gardons dans l’appartement et dont je me sers le plus souvent avec Bubulle lors de nos sorties quotidiennes entre mère et fille, à pied ou dans les transports, et une autre pour les voyages ou les sorties en voiture, qui reste généralement dans le coffre (avec le cosy qui sert de siège-auto).

Avant toute chose, et avant de choisir une marque ou un modèle, il faut garder en tête que vous vous servirez très souvent de votre poussette, qu’elle vous accompagnera aussi bien dans les petits trajets que dans les plus longs, dans les transports en commun, en ville ou en vacances à la campagne… Et ce, même si vous faites du porte-bébé. Alors autant ne pas se tromper dans cet achat ! Je vous conseille d’ailleurs d’aller en essayer plusieurs en magasin avant de vous décider, et de prendre le temps de comparer les modèles. En ce qui nous concerne, nous avions déjà pu tester cette poussette, puisque mon amie Charlène avait opté pour ce modèle.

Aujourd’hui, je partage donc avec vous mon expérience de la première poussette, celle que j’utilise le plus souvent, à savoir, la poussette LYRA de William Kent.

bien-choisir-sa-poussette

[highlight background= » » color= » »]Comment bien choisir sa poussette ?[/highlight]

Le confort

C’est le point le plus important : choisir une poussette confortable pour vous et bébé, avec laquelle vous vous sentez à l’aise et que vous maniez sans difficulté.

Ce que j’apprécie énormément avec le modèle LYRA de William Kent, c’est la hauteur de l’assise. En effet, comme vous pouvez le voir sur les photos, je n’ai pas à me pencher beaucoup pour échanger avec ma baby girl. Le cosy est à hauteur de bras. C’était un point très important pour moi, lorsque nous avons choisi la poussette. Je ne me voyais pas avec un modèle très bas, près du sol, où non seulement je doive me baisser jusqu’à m’accroupir, mais où le bébé est du coup trop près (à mon sens) du sol, et du coup des pots d’échappements, etc..

La poussette est totalement adaptée à ma morphologie (je mesure 1m61). Avec le frein juste au niveau de mes pieds. Je n’ai ainsi pas besoin d’allonger la jambe pour y accéder. C’est intuitif, et c’est ce que j’apprécie avec ce modèle. Pas besoin d’y penser, de baisser les yeux pour chercher la pédale, on a qu’à soulever le pied. Easy ! Idem pour monter sur les trottoirs : juste besoin d’appuyer sur la barre (située au même endroit que le frein) et hop !

La flexibilité et la praticité

Là encore, c’est à ne pas négliger. Choisissez des roues assez larges, comme ici, ce qui permet de ne pas ressentir les secousses et permet des balades tout en douceur. En effet, elles tournent aussi très facilement ce qui fait que la poussette est tout terrain. Je n’ai aucun souci lors de mes déplacements dans les parcs, sur l’herbe, sur les dalles irrégulières, sur le goudron, mais aussi dans les transports en commun, dans les escalators…

Le guidon se règle lui aussi en fonction de votre taille et de votre morphologie. Jules peut le régler plus haut, étant donné qu’il est plus grand. C’est aussi très pratique lorsque la poussette est à l’arrêt : je peux baisser le guidon et jouer avec ma poupette, ou la détacher et la prendre dans mes bras par exemple.

comment bien choisir sa poussette
poussette compacte

[highlight background= » » color= » »]Les plus du modèle LYRA[/highlight]

Compacte

En plus des points listés ci-dessus, on peut aussi préciser que la poussette se plie et se déplie en quelques secondes, et ce, très facilement. Pour cela, il suffit d’appuyer sur 2 « boutons » en même temps tout en effectuant le geste de pousser sur la poussette. Elle ne prend pas du tout de place dans le coffre, et le gros plus, validé par Jules, ce sont les roues qui se détachent en un « clic » pour gagner encore plus de place.

Evolutive

Sur les photos, vous pouvez voir le cosy, dans lequel ma baby girl est parfaitement installée, face à moi, et qui peut totalement être utilisé en tant que siège auto. Lorsque Bubulle sera un peu plus grande, une autre assise (vendue avec la poussette bien sûr) viendra remplacer le cosy, face à la route. La poussette Lyra est utilisable de la naissance à 13 kg et en pousette 2ème âge dès 6 mois et jusqu’à 15kg.

Du rangement

Le modèle est doté d’un grand « bac » de rangement, duquel votre sac à main, le sac à langer, vos courses, ne risquent pas de s’échapper. Très pratique pour aller acheter des packs d’eau minérale ^^

pousette william kent
Crédits photo © Gaëlle Photographe
instagram maman
Suivez moi sur Instagram

Mon avis

Je suis totalement convaincue de la poussette. Elle m’accompagne tous les jours dans mes déplacements avec ma fille, et je l’utilise quotidiennement depuis sa naissance. Aujourd’hui, elle a 4 mois, pèse 6,5 kilos, et adore toujours autant ce modèle dans lequel elle se sent très bien.

Où trouver la poussette ?

Vous avez la possibilité de la commander sur le site Internet de la marque Aubert, ou de l’acheter dans l’une des nombreux magasins de l’enseigne.

↓ VOUS AVEZ PINTEREST ? ↓

poussette comment bien la choisir

Partagez cet article

comment endormir bebe dans son lit
Maternité PUÉRICULTURE TOILETTE DE BÉBÉ

Les siestes, les nuits : comment coucher bébé ?

comment-faire-faire-ses-siestes-a-mon-bebe

S’il y a un sujet qui revient fréquemment et que vous êtes nombreuses à me demander sur Instagram, depuis mes premières semaines de maman, c’est bien celui-ci. Comment coucher bébé ? Comment lui faire faire ses siestes ? Comment l’apaiser avant ces temps dodo ? Nous avons de la chance (je touche du bois), notre Bubulle a fait ses nuits quelques jours avant ses 2 mois. Et par faire ses nuits, j’entends : dernier biberon vers 20h, couchée à 21h, et réveil vers 7h du matin avec un biberon vers 7h30/8h. Mais elle a très rapidement tenu longtemps la nuit entre ses biberons. Dès son premier mois, après avoir fait « sauter » le biberon de minuit/1h du matin, elle prenait un dernier biberon vers 21h pour n’en réclamer un autre qu’à 3-4h. Ce qui la faisait tout de même tenir 7h.

Tout s’est joué lorsqu’on a augmenté les quantités de biberon. En passant de 120 à 150, puis, progressivement, en lui proposant un biberon plus conséquent le soir (180). C’était un vendredi soir. Je lui ai donné le biberon vers 19h30. C’était le vendredi. Nous l’avons couché ensuite vers 20h30. Elle a pas mal râlé mais s’est calmé au bout de quelques minutes. Et elle n’a réclamé un biberon qu’à 5h40 du matin ! Le lendemain, même chose, mais en réclamant à 6h17 (précisément, car je regardais mon réveil depuis 5h du matin en mode « mais elle dort encore c’est sérieux là ? Tout va bien ?? »), et le jour d’après, on est passé à 7h10. Et depuis, elle se réveille toujours vers là, pour manger vers 7h30-8h. N’hésitez pas à consulter mon article sur les quantités et fréquences de biberon ^^

Mais la grande question qu’on peut se poser lorsqu’on est jeune parent, que notre enfant fasse ses nuits ou pas encore, c’est comment faire faire ses siestes à bébé ? Et comment le coucher le soir ?

Notre baby girl à désormais 2 mois et demi, et nous avons trouvé notre rythme et mode de fonctionnement. Il y a deux écoles concernant les siestes, et nous les avons toutes les deux testées : les siestes dans le bruit ambiant ou les siestes au calme dans la chambre. Je pense que chaque enfant va réagir différemment, et que c’est à vous, parents, de vous adapter à votre bébé. En effet, ce qui marche sur l’un ne marche pas forcément sur l’autre. Je vais donc partager avec vous dans cet article, la méthode que nous utilisons, et qui fonctionne avec notre fille.

comment-endormir-mon-bebe-dans-son-lit

La sieste

Dans un premier temps, et jusqu’à ses 1 mois et demi environ, nous avons souhaité que notre fille fasse la différence entre le jour et la nuit, en la gardant avec nous dans le salon toute la journée, et en lui faisant faire ses siestes avec nous, dans le « bruit » et la lumière. Puis, ma sage-femme m’a recommandé (et ma maman) de lui faire faire plutôt ses siestes dans son lit dans le noir. J’étais réticente au départ parce que je tenais à ce qu’elle associe sa chambre et son lit au « dodo de la nuit ». Donc dans un premier temps, nous lui avons donc fait faire ses siestes avec nous.

Puis, depuis ses 2 mois, elle fait ses nuits, et nous avons donc décidé de lui faire faire ses siestes également dans son lit, dans sa chambre. Par contre, à la différence de la nuit, nous laissons les volets ouverts. Les siestes n’ont pas été évidentes tout de suite. Lorsqu’elle était avec moi dans le salon, évidemment, elle s’endormait et ensuite je ne la bougeais pas. Donc pas de risque de la réveiller.

Seulement, maintenant qu’elle fait ses siestes dans sa chambre, c’est une autre histoire. Du moins, au début. En effet, soit elle s’endort après son biberon, donc sur moi… et je vais la coucher dans son lit ensuite, sans la réveiller, et là, tout se passe bien. Soit, elle ne s’endort pas, mais elle baille, auquel cas je devine qu’elle a sommeil et vais donc la coucher alors qu’elle n’est pas endormie (même scénario si elle se réveille lorsque je me lève pour aller la coucher). Et là, elle n’aime pas, mais alors, pas du tout. Elle se met à râler, à chercher son pouce, à s’agacer. Au départ, je faisais l’erreur de la reprendre avec moi. Mais j’ai compris au fur et à mesure des jours qu’elle avait besoin de se « décharger » ainsi, et généralement, elle s’endort toute seule après 5-10 minutes. Bien évidemment, si elle hurle ou continue de pleurer passé ce délais, je vais la voir, la prends dans mes bras pour la rassurer et qu’elle comprenne que je suis là. Puis je la repose, et là, elle se calme et s’endort immédiatement.

Il suffit de reconnaître les signes. Ma poupette est d’humeur très joueuse, et souriante. Dès qu’elle ne l’est plus, et qu’elle ne prête plus trop attention à ce qui l’entoure, c’est qu’elle est fatiguée. Elle a aussi une mimique très reconnaissable, dès qu’elle a besoin d’être seule, au calme : elle va chercher à sucer ses pouces. C’est le signal ! Hop je la couche. Qu’elle s’endorme de suite ou pas, elle est paisible. Elle en a besoin.

Elle fait ses siestes habillée, et je ne la mets pas dans sa gigoteuse.

Elle fait généralement 3 siestes par jour : une le matin, de 10h30 à 12h (à peu près ^^), une autre de 14h30 à 16h/16h30 et une en fin de journée.

rituel-pour-endormir-bebe

Le rituel du « dodo de la nuit »

Depuis quelques semaines, notre Bubulle fait ses nuits, et a donc bien intégré la différence entre le jour et la nuit. Elle sait que lorsqu’elle est dans son lit dans le noir et que tout est calme autour d’elle, c’est le dodo de la nuit. J’ai néanmoins un rituel du soir que j’ai instauré depuis le début avec elle. Que ce soit jour de bain ou non (nous le donnons tous les 2-3 jours), nous donnons le dernier biberon dans le salon, vers 19h30-20h, après l’avoir changé et mise en pyjama. Ensuite, nous la gardons un peu avec nous, à cause de son reflux. Généralement elle s’endort mais se réveille toujours lorsqu’on se lève pour aller la coucher.

Nous nous rendons (soit Jules, soit moi) dans sa chambre, alors seulement éclairée d’une veilleuse, pour la changer afin qu’elle puisse commencer son dodo le plus confortablement possible et au sec. Puis, je la mets dans sa gigoteuse, et la prends dans mes bras pour un gros câlin durant lequel je lui explique que c’est l’heure du dodo de la nuit. Je lui caresse le crâne tout en lui répétant que le dodo de la nuit, c’est le dodo jusqu’au matin, et que papa et maman aussi vont faire le dodo de la nuit. Je lui dis que je l’aime très fort, et je la pose dans son lit. Je lui souhaite alors une bonne nuit, tout en lui caressant doucement le crâne, et je quitte la chambre. À ce stade, deux scénarios : soit elle s’est endormie, soit elle ne l’est pas, et a besoin de succion. Dans ce cas, je l’aide à trouver son pouce avant de la laisser seule. Et elle s’endort généralement dans les minutes qui suivent. À partir du moment où elle est couchée, Jules et moi prenons grand soin de ne plus faire de bruit. De toute façon, généralement, je ne tarde pas, moi non plus, à me plonger dans les bras de Morphée une fois ma baby girl couchée ^^

rituel-du-coucher-bebe

Le choix du matelas

Un point important et qui revient souvent dans vos questions Instagram, c’est le matelas bébé. C’est un élément dont le choix est crucial, et nous souhaitions vraiment quelque chose de qualité pour ses nuits. C’est comme pour nous, adultes, le support est primordial. Pour les bébés, les spécialistes recommandent un maintien très ferme. C’est le cas du matelas initial Oniros, que je valide à 100%. Nous l’avons choisis en taille 60×120, ce qui correspond à un lit classique comme celui que nous avons, à barreau, mais également aux standards des lits parapluie (comme sur les photos d’illustration de cet article).

Ils ‘agit d’un matelas dernière génération qui permet une régulation de la chaleur du corps optimale. Ce qui n’est pas superflus, lorsqu’on sait que les bébés ne régulent pas encore leur température. La marque utilise des nouvelles technologies et de fabrication française. On peut notamment voir (je vous ai fait une photos du matelas nu) la structure composée de « plots ressorts ». C’est ce qui va permettre la ventilation au sein même du matelas, évacuant ainsi parfaitement l’humidité pour une hygiène irréprochable.

Notre Bubulle l’a totalement adopté, depuis quelques semaines. J’attendais de l’avoir testé depuis au moins un mois afin de vous faire un retour le plus objectif possible. Je sais en effet que c’est un achat important, et qu’on ne plaisante pas avec le confort de nos bouts de chou ^^ Vous pouvez donc y aller les yeux fermés, c’est validé !

matelas-premium-bebe

Depuis sa naissance et jusqu’à ce qu’elle fasse ses siestes dans sa chambre, nous la mettions dans son cocoonababy. Très pratique, il épouse parfaitement les formes de son corps, et elle s’endort très rapidement dedans. Il nous arrive encore de l’y « déposer » lorsqu’elle s’endort ou qu’elle a besoin de se calmer en journée et qu’elle n’a pas envie d’être dans son transat.

Allez, bonne nuit à toutes et à vos baby ♥♥♥

Partagez cet article

EVEIL ET JEUX Maternité PUÉRICULTURE

Test : le transat Bliss de Baby Björn

avis transat bliss de baby bjorn

Aujourd’hui je vous retrouve pour parler puériculture et faire le point sur le transat Bliss de Baby Björn. Cela fait maintenant environ un mois que je l’ai reçu, et que je le teste dans mon quotidien de maman. Enfin, quand je dis « je », on se comprend. C’est plutôt ma baby girl qui l’utilise bien sûr. Si j’ai choisi cette marque et ce modèle, c’est parce qu’il est totalement adapté aux besoins de notre fille. En effet, cette dernière ayant un reflux important, il est primordiale de privilégier la position verticale. Ce transat est physiologique, et épouse le corps de notre bébé, sans le « casser » dans une position assise qu’il ne maîtrise pas encore.

Pendant ma grossesse, je pensais déjà à tout l’équipement dont j’allais avoir besoin après mon accouchement. Et je me posais la question sur l’utilité d’un transat. Etait-ce vraiment nécessaire ? Une fois rentrée à la maison après mon séjour à la maternité, ma petite fille dormait beaucoup. Et lorsqu’elle ne dormait pas, elle était dans mes bras à prendre le biberon.

A t-on vraiment besoin d’un transat ?

Mais au fur et à mesure des jours, elle s’est éveillée de plus en plus. Quelques minutes par jour, et un peu plus au fil des semaines. Au départ, elle restait essentiellement dans son cocoonababy ou son domoo, toujours un peu surélevée après les repas à cause de son reflux. J’ai essayé de la mettre sans son transat lorsque je l’ai reçu, a ses un mois, mais elle était vraiment trop petite. Sa tête dépassait à peine de la ceinture de maintien ! Et puis elle n’était pas vraiment à l’aise dans cette position. Du coup, je n’ai pas forcé les choses.

Et puis, depuis une dizaine de jours maintenant, ma fille, qui à l’heure où j’écris cet article vient d’avoir 2 mois, dort un peu moins. Elle fait toujours (en moyenne, rien n’est figé) une ou deux petites siestes le matin et une plus longue sieste l’après-midi. Elle prend un biberon toutes les 4h environ, ce qui laisse du coup des créneaux suffisamment longs pour l’éveiller au monde qui l’entoure. Elle aime beaucoup nous observer dans nos activités. Et pour cela, elle ne peut pas toujours rester dans la position allongée. Et puis, je pense qu’il est essentiel de lui proposer différents supports, qu’elle ne soit pas toujours sur le même.

Ainsi, lorsqu’elle est éveillée, je joue avec elle. Je lui présente des jouets d’éveil, des matières, je lui lis une histoire, lui chante des chansons, etc… Bref, je passe du temps avec elle.

Cependant, je suis un être humain (ah bon ?), et il m’arrive d’avoir des besoins vitaux (manger, aller aux toilettes, accessoirement prendre une douche ^^) mais aussi envie de prendre du temps pour moi, ou pour la maison (plutôt ça clairement !). Etendre une lessive, faire la vaisselle, écrire un article sur le blog… C’est donc dans ces moments-là que j’utilise le transat.

Je l’installe dedans, et, cela dépend des fois : soit elle observe son arche sur laquelle j’ai accroché quelques objets, dont des mobiles Montessori DIY, que je change au fur et à mesure, soit elle se contente de m’observer dans mes tâches. Par exemple, ce matin (comme vous l’avez vu sur mon Instagram) j’ai dansé devant elle. Cette semaine j’ai aussi pris des photos de fringues que j’ai ajoutées sur mon Vinted , devant elle, et elle adorait me regarder m’activer !

instagram maman
Suivez moi sur Instagram
quel-transat-choisir-pour-mon-nourrisson

La différence du transat Bliss

Ce que j’aime beaucoup avec ce transat, c’est que, contrairement à d’autres que j’ai pu tester ici et là, il épouse vraiment bien le corps de ma baby girl et s’adapte à elle, et non l’inverse. Et à cet âge-là, c’est très important. Il ne la maintient pas dans une position qu’elle n’est pas capable d’adopter par elle-même.

Je sais qu’il y a deux écoles, et chacune a ses arguments : les parents qui installent leur bébé dans la position assise, ou qui le maintiennent debout avec trotteur avant que leur enfant ne sache se maintenir ainsi tout seul, et les autres, qui suivent le développement naturel de leur bébé et attendent qu’il sache se tenir ainsi. Vous l’aurez compris, je fais partie de cette dernière catégorie (mais je respecte tout à fait la première ^^) et notre pédiatre ainsi que notre ostéopathe nous ont confortés dans cette éducation. Bref, il était donc très important pour moi de trouver un transat qui respecte ce point. Et avec ce modèle, elle n’est pas assise, mais bien penchée, avec ses jambes qu’elle peut placer comme elle veut et les garder en « crapaud ».

Il était également indispensable que ce support puisse être inclinable au maximum à la verticale. Pourquoi ? Parce que notre Bubulle souffre d’importants reflux (RGO) et qu’elle doit rester à la verticale pendant les 2 heures après manger. Nous la tenons donc droite contre nous 45 minutes après, et ensuite, si elle ne s’est pas endormie, nous la mettons dans son transat. Et de tous ceux que j’ai pu voir dans les magasins, ou même essayer chez des amis, c’est celui qui remporte le test haut la main. En effet, il se règle de 3 crans : allongé, semi-penché, et enfin, presque droit.

Pour les mamans dont les petits ont des refluxs, je vous recommande à 100% ce transat que vous pourrez utiliser rapidement après la naissance de votre baby.

test transat bliss baby bjorn
transat bliss baby bjorn
avis-sur-le-transat-bliss-baby-bjorn
transat physiologique bebe

Retrouvez tous les articles maternité ici

Partagez cet article